Alexandre Malsch, 32 ans a quitté en février Melty, le groupe qu’il avait co-fondé en 2005. Il devient Global Digital Brand Manager au sein du groupe Boardriders, en charge de la stratégie digitale globale des marques Quiksilver et Roxy. Il reste également au Board de Station F l’incubateur Parisien de Startups

Pour Viuz, il dévoile les fondations de sa stratégie digitale :

Viuz : Le surf c’est une passion ?

Alexandre Malsch: Totalement et depuis une bonne dizaine d’années. J’étais déjà fan de Quiksilver quand j'avais 10 ans.

Viuz : Quels seront les piliers de votre stratégie Marketing digitale pour Quiksilver et Roxy ?

Alexandre Malsch: Mon idée est très simple : travailler en mode startup, via des chantiers simples et mesurables tout en réagissant avec agilité et de manière empirique autour de trois grands axes :

Le premier est de créer sur le digital, comme pour des marques médias, de vrais contenus authentiques et de vrais univers autour de Quiksilver et Roxy correspondant à leurs ADNs. L’objectif étant de renforcer la brand equity avec de nouvelles brand stories, en déployant nos histoires grâce à quatre vecteurs : les athlètes, les événements, les lieux physiques et surtout les produits eux-mêmes.

Le deuxième pilier est de renforcer la stratégie de collecte et d'analyse de la data pour mieux comprendre les attentes des consommateurs, mieux créer et personnaliser nos contenus et optimiser leur diffusion.

Enfin on va travailler en mettant en place, entre autre justement via la data, des stratégies omni-canal drive-to-store sympathiques !

Viuz : Comment transmet-on sa passion en marketing digital ?

Alexandre Malsch: La passion se forme d’abord en créant des produits ou contenus cools qui donnent envie aux autres personnes de partager cette culture marketing et digitale, et eux aussi d'en faire partie en créant leurs propres projets.

Je suis personnellement très fan de la façon dont le Festival Belge TomorrowLand se markete et très admiratif de la façon dont Disney déploie son ADN de marque sur le digital.

Chez Quiksilver & Roxy je compte m’appuyer sur la passion palpable des équipes qui façonnent la marque et l’ADN de la glisse depuis 1969.

Viuz : 6 mois après votre départ de Melty quelle est votre analyse sur les média distribués ?

Alexandre Malsch : Le niveau s’est nettement élevé en terme de contenu, de technicité et d’approche réellement “lecteurs centric”.

Je suis néanmoins inquiet pour les médias financés par la publicité en raison du captage de la valeur opérée par les GAFAS. A force d’essorer la pub et de capter toute la valeur générée par les contenus on risque de finir de tuer le modèle même des éditeurs. Plus globalement, pour moi, il y a encore énormément de choses à réinventer dans la publicité qui reste un encore message subi.

J’observe enfin avec intérêt et attention les modèles d’abonnement et les différentes initiatives, comme celle de Medium par exemple, pour monétiser les contenus, ou encore ce que fait Snap sur "Snapchat Discover" avec son modèle de partage de revenus vertueux pour les éditeurs.

Original sources