23andMe a-t-il du souci à se faire ? Une nouvelle génération d’entreprises se consacrant à la génomique personnelle est en train de voir le jour, et parmi elles Helix, à laquelle la Technology Review a consacré un récent article. Helix utilise une technique de « vrai » séquençage de l’ADN, et non de génotypage comme le fait aujourd’hui 23andMe, et se montre en mesure de fournir, pour 80$, une lecture de l’exome, c’est-à-dire une portion de l’ADN bien plus importante que celle proposée aujourd’hui par la société d’Anne Wojcicki. Mais pour la revue du MIT, l’originalité d’Helix tient à ce qu’elle appelle un App store pour l’ADN. En effet, explique l’article, les compagnies de génomique classique fonctionnent en une seule étape. On envoie sa salive, puis on reçoit les résultats une bonne fois pour toutes. Helix se veut une plateforme ouverte à des développeurs externes qui fabriqueront des applications susceptibles de donner certaines informations précises sur le contenu de notre génome. Par exemple, la société Exploragen se propose d’analyser les rythmes de sommeil. Insitome de son côté va découvrir la proportion de gènes néandertaliens au sein d’un ADN…

Évidemment, comme tout ce qui touche à ce domaine très controversé, des questions d’éthique et de risque se posent (comme le fait de devoir payer un loyer à vie pour pouvoir accéder à notre propre code génétique et bénéficier des avancées de la médecine, comme s’en inquiète le professeur de marketing, Christophe Benavent sur son blog). Lorsque tous les résultats sont concentrés au sein d’une même société, on peut à la limite tenter d’avoir un peu de contrôle. Mais dans un système décentralisé, qui va vérifier le sérieux des applications ?

Original sources